Aujourd’hui, nous souhaitons aborder un sujet qui intéresse de plus en plus de jeunes parents : la diversification menée par l’enfant, plus connue sous le nom de DME.

 

Qu’est-ce que la DME ?

Développée par le Britannique Gill Rapley dans « Baby led weaning », la diversification menée par l’enfant est une approche de l’alimentation basée sur l’autonomie, le respect du rythme de l’enfant et la découverte. Le bébé mange avec ses mains et de façon autonome des aliments sous forme solide et non liquide.

Christine Zalejski, auteure et docteur en sciences, explique : « Il y a deux éléments à prendre en compte. Le premier c’est que l’on « remplace » les purées et compotes par des aliments solides. On propose donc du lait et des morceaux cuits, plutôt fondants. Le deuxième, c’est que l’enfant doit être autonome. Le professionnel ne doit pas intervenir. C’est au bébé, et à lui seul, de mettre l’aliment dans sa bouche. »

 

Quels sont les avantages de la DME ?

C’est pratique et économique : bébé mange tout ce que vous mangez, à peu de chose près. Cela vous évitera de préparer le repas de bébé à part et vous allègera d’une tâche de plus en cuisine. Cela permet aussi à bébé de participer aux repas de famille. Il apprendra plus facilement à manger en imitant les membres de sa famille.

Avec la DME, bébé développe son autonomie. Une fois le repas présenté, c’est à lui seul de se nourrir. Au début, cela représentera plus un jeu qu’autre chose. Il faudra du temps et de la patience. Néanmoins, le résultat en vaut vraiment la peine.

Bébé va améliorer son développement moteur et notamment sa motricité fine. Attraper les aliments, les tenir dans la main, les amener jusqu’à la bouche : cela demande beaucoup d’efforts et de coordination.

Ce n’est pas tout ! Les sens de bébé seront éveillés : il va partir à la découverte des goûts, des couleurs, des odeurs, des textures et des saveurs. Il va développer des préférences et affirmer sa personnalité.

Un autre avantage est que le bébé mange à sa faim et gère lui-même sa satiété. Lui donner cette opportunité va augmenter sa confiance en lui.

Pour finir, la DME permet de respecter le rythme de l’enfant et les préférences qu’il aura développé au cours de sa découverte des différents aliments.

Quand peut-on commencer la DME ?

Plusieurs conditions doivent être réunies pour commencer la DME.

Bébé doit avoir au minimum six mois. En effet, L’OMS recommande un allaitement exclusif (lait maternel ou lait infantile) jusqu’aux six mois de l’enfant. Il n’y a pas de mal si vous commencez la DME plus tard.

Bébé doit savoir se tenir assis tout seul. Son tonus musculaire doit être assez développé de sorte à ce qu’il puisse se tenir assis le dos bien droit. De préférence, il est nécessaire que bébé soit assis dans une chaise haute. Sur les genoux, incliné dans un transat ou assis par terre ne sont pas des positions stables adaptées à l’alimentation.

Bébé doit mettre des objets à la bouche et les machouiller. Les réflexes de coordination oeil-main et main-bouche doit être acquis.

Pour finir, bébé doit porter un intérêt particulier à la nourriture. S’il cherche à piquer dans votre assiette, c’est peut-être le moment de réfléchir à la DME !

Privilégiez des aliments de qualité, issus de l’agriculture biologique.

 

Bébé risque-t-il de s’étouffer ?

Voici LA plus grosse peur des parents et de l’entourage proche qui est effrayé à l’idée que votre bébé mange des morceaux. Ceci est tout à fait normal. Il est alors important de connaître la différence entre étouffement et réflexe vomitif.

ETOUFFEMENT

On parle d’étouffement partiel lorsqu’un corps étranger obstrue partiellement les voies respiratoires de bébé. Il a du mal à respirer ou du mal à tousser. On parle d’étouffement complet lorsque les voies respiratoires sont totalement bloquées. Bébé ne peut ni tousser ni respirer, il n’émet aucun son.

Pour prévenir ce genre d’accident, veuillez-vous renseigner sur les gestes de premiers secours.

RÉFLEXE VOMITIF ou DE RÉGURGITATION

Depuis sa naissance, bébé possède un mécanisme naturel qui l’empêche de s’étouffer : le réflexe vomitif. Bébé rejette l’aliment en se faisant lever le cœur. C’est impressionnant quand on l’observe pour la première fois mais ce réflexe est là pour le protéger. Lors de ses premiers mois de vie, il n’est pas en capacité de manger des aliments solides. Ainsi, son réflexe vomitif est situé très tôt dans sa bouche, plus précisément sur l’avant de sa langue. Progressivement, lorsque l’enfant grandit, ce réflexe s’éloigne vers l’arrière de la gorge et disparaît pratiquement vers l’âge adulte.

Une chose est sûre, un bébé risque moins de s’étouffer s’il on le laisse contrôler ce qui rentre dans sa bouche.

Il est nécessaire de laisser bébé manger seul : une fois le plat servi, il est autonome. Néanmoins, vous devez être en surveillance constante pendant tout le repas.

 

Peut-on commencer la DME si bébé n’a pas encore de dents ?

Oui bien sûr ! Les aliments sont mous fondants, la langue et les gencives pourront facilement les écraser.

Quels sont les premiers aliments à donner à bébé ?

Avant de vous donner des exemples concrets, il est nécessaire de revenir sur deux points des plus importants. Les aliments, la taille, la cuisson et la texture sont à adapter en fonction de l’âge du bébé, de son habileté de préhension et de son habileté de mastication.

Concernant l’habileté de préhension, elle se développe en trois étapes :

– la préhension avec le poing ou le pouce et paume : vous proposerez à bébé des gros morceaux ou des morceaux de la taille de deux doigts, qui dépassent de leur poing,

– la préhension avec quelques doigts : vous proposerez à bébé des morceaux larges, en forme de cube par exemple,

– la préhension “pince” avec l’index et le pouce : vous proposerez à bébé tout type de morceau de toutes les tailles tant que l’aliment est sécuritaire.

Concernant l’habileté de mastication, elle se définit aussi en trois étapes :

– la mastication verticale qui se développe entre 6 et 8 mois : il s’agit d’un mouvement vertical de la bouche. La langue écrase les aliments fondants contre le palais.

– le mouvement de la langue qui se développe à 8 mois et plus : la langue se deplace à l’intérieur de la bouche pour récupérer les morceaux coincés dans les joues. En parallèle, bébé découvre ses gencives placées sur le côté.

– la mastication complète avec le dentier complet qui développe entre 18 et 24 mois. Bébé maîtrise les mouvements des dents et aura l’agilité nécessaire pour croquer des morceaux plus durs.

La plupart du temps, habileté de préhension et habileté de mastication se développe au même rythme.

Et concrètement, quels aliments doit-on donner en premier ?

Pour les légumes, vous pouvez commencer par des brocolis, des courgettes ou encore des carottes, le tout bien cuit. Pour les fruits, vous pouvez débuter par la moitié d’une banane mûre, un quartier d’avocat ou encore le quart d’une pomme cuite.

 

Peut-on ajouter des épices aux aliments servis à bébé ?

Pendant le premier mois de diversification, c’est à éviter. Bébé doit découvrir les saveurs les unes après les autres. Une fois bébé habitué aux aliments, vous pouvez ajouter une pincée de curcuma ou d’anis avec ses légumes et une pincée de cannelle avec ses fruits. A partir du 8ème mois, vous pouvez ajouter de la coriandre, du basilic, de l’origan, de la menthe, du persil, de l’aneth, des oignons ou de l’échalotte. Néanmoins, sont à proscrire : le sel, les bouillons, le poivre, le piment, le paprika fort, le sucre et le miel. N’hésitez pas à demander conseil à votre pédiatre.

La DME est-elle compatible avec l’allaitement ?

Tout à fait. Encore une fois, l’OMS recommande le lait (maternel ou infantile) comme source principale de l’alimentation de bébé jusqu’à ses un an. L’allaitement maternel (ou le lait infantile) en priorité, la DME vient seulement compléter son alimentation.

Peut-on alterner purée et DME ?

En préparant cet article, nous avons organisé une F.A.Q spéciale DME sur notre compte Instagram @peau_d’enfant afin de répondre à toutes vos interrogations. La question qui est le plus souvent revenue est l’impossibilité des parents de pratiquer la DME sur les lieux de garde de bébé (nourrice, crèche, grands-parents ou autre). Ainsi, bébé mangera de la purée le midi et des aliments solides le soir et le week-end : c’est ce qu’on appelle la diversification mixte.

Dans l’idéal, pour garantir une certaine continuité, il est préférable d’opter pour la DME à 100%. Renseignez-vous, certaines crèches ou certaines MAM (Maison d’Assistantes Maternelles) pratiquent la DME. Néanmoins, elles sont très rares et souvent inaccessibles.

Pas de panique ! Ne vous sentez pas coupables si vous ne pouvez pas faire autrement. Finalement, la purée n’est qu’une différence de texture.

Deux points importants sont à soulever :

D’une part, bébé doit savoir faire la différence entre une purée qu’il avale directement et des morceaux qu’il doit mâcher et faire fondre dans sa bouche avant de les avaler. Il existe un risque de confusion mais il n’est pas présent chez tous les bébés. Il suffit de lui expliquer et de l’accompagner afin que le repas, purée ou DME, se passe dans les meilleures conditions possibles.

D’autre part, bébé doit participer activement à son repas. Lorsque bébé mange de la purée, il attend qu’elle arrive dans sa bouche. Il arrive même que la personne qui le nourrit le force à manger plus que ce dont il a besoin. Il faut convenir avec la personne responsable de sa garde que bébé doit manger sa purée tout seul afin de continuer à développer son autonomie et sa motricité.

La diversification mixte est un sujet polémique qui suscite beaucoup de débats. Adoptons une position juste : si votre enfant prend du plaisir, découvre de nouvelles saveurs, mange à son rythme et à sa faim, tout se passera pour le mieux.

 

Mon bébé peut-il suivre un régime alimentaire végétalien ?

Pour cette question, il est nécessaire de consulter votre pédiatre ainsi qu’un nutritionniste.

 

Désormais, la DME n’a plus aucun secret pour vous !

 

Naturellement,

L’équipe Peau d’Enfant.

Print Friendly, PDF & Email